VIF : Bonjour Xavier, vous avez été un des lauréats de la dernière édition du VIF 2017. Qu’est ce qui vous a poussé à concourir ?
XAVIER : Je suis venu à la première édition en 2015 car un ami faisait partie des lauréats.
J’ai été impressionné par toute la mise en place du festival, par les salles des expositions, par l’infrastructure. J’ai aussi été bluffé par le niveau de professionnalisme pour ce premier VIF.
Je l’ai gardé en mémoire en espérant candidater à une prochaine édition s’il y avait matière. Et il s’est avéré que le thème proposé pour l’édition 2017, le mouvement, collait plutôt bien à un travail que j’avais en cours.
J’avais envie de faire partie de l’aventure, j’ai candidaté en me disant advienne que pourra!
VIF : Aviez-vous déjà le nombre requis de 10 photos sur ce thème ?
XAVIER : J’avais beaucoup plus, presque une centaine ! J’ai dû refaire une sélection dans ce que je possédais déjà pour avoir un ensemble d’une dizaine de photos cohérentes entre elles.
VIF : Depuis quand pratiquez-vous la photographie de façon régulière ?
XAVIER : Depuis environ 10 ans. Mais j’ai toujours regardé des photos, dans les livres, sur internet… Le déclic s’est opéré au cours d’un voyage à New-York, que je voulais absolument photographier. Du coup, j’ai acheté un reflex et là, j’ai été foutu: j’ai mis le doigts dans l’engrenage et puis ça n’a pas cessé depuis…

VIF : Votre premier appareil photo ?
XAVIER : Un Nikon D80. J’ai donc commencé en numérique. Je me suis essayé après coup à l’argentique car mon père faisait de la photo en argentique aussi sur un Nikon. J’ai eu des résultats plus que décevants même si j’ai pris beaucoup de plaisir à faire les photos !

VIF: Quel est ton (ta) photographe préféré(e) ?
XAVIER: Je n’en ai pas un, j’en ai beaucoup ! J’essaie de suivre le plus de photographes possibles, y compris des amateurs qui diffusent sur les réseaux sociaux. J’aime exercer mon œil, y compris sur des domaines que je ne pratique pas du tout. Ce n’est pas un travail c’est un plaisir. J’aime les photos anciennes, contemporaines, les nouvelles techniques… Chez moi, j’ai plein de livres photos.
VIF: Qu’est-ce que cela a changé pour vous d’être lauréat du VIF 2017 ?
XAVIER:  Le VIF a été une des premières occasions que j’ai eues d’exposer de manière « indépendante » ou en tout cas autonome à côté du travail des autres lauréats, car jusqu’à présent j’avais exposé sur le thème de photo de rue dans le cadre d’un collectif « Le regard parisien »… Ça a été un grand plaisir et un grand honneur d’être retenu dans un festival tel que le VIF ! Cela m’a permis d’avoir un retour personnalisé des visiteurs. Ça a été hyper enrichissant de discuter avec les gens, d’avoir leur vision, de savoir ce que ça leur évoque. On redécouvre d’ailleurs un peu ses photos sous le regard des autres. ça, c’était une chance énorme.
Du coup, j’ai pris goût à l’exposition de photos! Ayant bénéficié de super tirages offert par le VIF, j’ai pu montrer de nouveau mes photos dans différents lieux.
Être lauréat m’a donné un coup de fouet pour finir un projet que j’avais en tête depuis des années sur la série primée. C’est un livre qui a vu le jour quelques mois après le festival: « Times Pieces », sorti en novembre 2017 !
Grâce au VIF j’ai rebondi car j’étais près d’abandonner ce travail qui traînait depuis 5 ans. Je suis rentré chez moi et je me suis dit, ça y est, je le fais, cette fois-ci, c’est la bonne ! Ce qui m’a le plus motivé c’est la rencontre avec un membre du jury: Caroline Faccioli. Elle m’a expliqué avoir produit son livre dans des temps records. Je me suis dit qu’il n’y a pas de raison que ça me prenne dix ans pour le faire !
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Slider
VIF: Parlez nous de votre actualité et de vos projets ?
XAVIER : Je sors encore de la période de la réalisation et la promotion de mon livre qui ont été de grosses étapes. Comme je travaille à côté, je consacre une bonne partie de mes congés à faire des photos ! J’ai notamment un voyage programmé en fin d’année au Canada pour lequel j’ai commencé à faire des repérages et beaucoup de préparation afin d’optimiser au mieux le temps que je vais avoir là-bas pour ramener de belles photos. Jusqu’ici je cherchais ce qu’il y avait de commun dans les images que j’avais ramené de différents pays depuis 7 ans. J’aimerais bien à l’avenir de faire un travail photo sur un lieu unique, explorer plus profondément une région, une île. Les steppes me tentent bien aussi… Moi, je reste sur la photographie de nature, de paysages.
VIF : Souhaitez-vous exploiter d’autres techniques photographiques ?
XAVIER : Peut-être à très long terme mais aujourd’hui, je ne me lasse pas de ce côté un peu contemplatif devant des paysages et même au contraire, j’ai l’impression que je vais le rechercher encore plus dans les années à venir et avoir presque un isolement dans la nature.

VIF : Votre appareil photo actuel ?
XAVIER : Un Nikon D800. Je me suis fait voler mon matériel dans un train, sinon je n’aurais pas changé d’appareil. L’avantage c’est que cela m’a fait passer d’un capteur petit format à un capteur plein format. Trois semaines après, je partais en Islande pour un travail photo !

_________________________________________________________________________
Interview réalisée à Vincennes, le 13 octobre 2018 par Sophie Ossédat

Pour retrouver toute son actualité et voir ou revoir ses œuvres photographiques rendez-vous sur son site, sa page Instagram, Facebook, ou sa galerie.
Pour commander son Livre Time Pieces c’est par ici:  https://xavierbeaudouxphotographe.bigcartel.com  

Flux Instagram

NewsLetters

VIF : Bonjour Xavier, vous avez été un des lauréats de la dernière édition du VIF 2017. Qu’est ce qui vous a poussé à concourir ?
XAVIER : Je suis venu à la première édition en 2015 car un ami faisait partie des lauréats. J’ai été impressionné par toute la mise en place du festival, par les salles des expositions, par l’infrastructure. J’ai aussi été bluffé par le niveau de professionnalisme pour ce premier VIF. Je l’ai gardé en mémoire en espérant candidater à une prochaine édition s’il y avait matière. Et il s’est avéré que le thème proposé pour l’édition 2017, le mouvement, collait plutôt bien à un travail que j’avais en cours. J’avais envie de faire partie de l’aventure, j’ai candidaté en me disant advienne que pourra!

VIF : Aviez-vous déjà le nombre requis de 10 photos sur ce thème ?
XAVIER : J’avais beaucoup plus, presque une centaine ! J’ai dû refaire une sélection dans ce que je possédais déjà pour avoir un ensemble d’une dizaine de photos cohérentes entre elles.

VIF : Depuis quand pratiquez-vous la photographie de façon régulière ?
XAVIER : Depuis environ 10 ans. Mais j’ai toujours regardé des photos, dans les livres, sur internet… Le déclic s’est opéré au cours d’un voyage à New-York, que je voulais absolument photographier. Du coup, j’ai acheté un reflex et là, j’ai été foutu: j’ai mis le doigts dans l’engrenage et puis ça n’a pas cessé depuis…

VIF : Votre premier appareil photo ?
XAVIER : Un Nikon D80. J’ai donc commencé en numérique. Je me suis essayé après coup à l’argentique car mon père faisait de la photo en argentique aussi sur un Nikon. J’ai eu des résultats plus que décevants même si j’ai pris beaucoup de plaisir à faire les photos !

VIF: Quel est ton (ta) photographe préféré(e) ?
XAVIER: Je n’en ai pas un , j’en ai beaucoup ! J’essaie de suivre le plus de photographes possibles, y compris des amateurs qui diffusent sur les réseaux sociaux. J’aime exercer mon œil, y compris sur des domaines que je ne pratique pas du tout. Ce n’est pas un travail, c’est un plaisir. J’aime les photos anciennes, contemporaines, les nouvelles techniques… Chez moi, j’ai plein de livres photos.
VIF: Qu’est-ce que cela a changé pour vous d’être lauréat du VIF 2017 ?
XAVIER:  Le VIF a été une des premières occasions que j’ai eues d’exposer de manière « indépendante » ou en tout cas autonome à côté du travail des autres lauréats, car jusqu’à présent j’avais exposé sur le thème de photo de rue dans le cadre d’un collectif « Le regard parisien »… Ça a été un grand plaisir et un grand honneur d’être retenu dans un festival tel que le VIF ! Cela m’a permis d’avoir un retour personnalisé des visiteurs. Ça a été hyper enrichissant de discuter avec les gens, d’avoir leur vision, de savoir ce que ça leur évoque. On redécouvre d’ailleurs un peu ses photos sous le regard des autres. ça, c’était une chance énorme.
Du coup, j’ai pris goût à l’exposition de photos! Ayant bénéficié de super tirages offert par le VIF, j’ai pu montrer de nouveau mes photos dans différents lieux.
Être lauréat m’a donné un coup de fouet pour finir un projet que j’avais en tête depuis des années sur la série primée. C’est un livre qui a vu le jour quelques mois après le festival: « Times Pieces », sorti en novembre 2017 !
Grâce au VIF j’ai rebondi car j’étais près d’abandonner ce travail qui traînait depuis 5 ans. Je suis rentré chez moi et je me suis dit, ça y est, je le fais, cette fois-ci, c’est la bonne ! Ce qui m’a le plus motivé c’est la rencontre avec un membre du jury: Caroline Faccioli. Elle m’a expliqué avoir produit son livre dans des temps records. Je me suis dit qu’il n’y a pas de raison que ça me prenne dix ans pour le faire !
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Slider
VIF: Parlez nous de votre actualité et de vos projets ?
XAVIER : Je sors encore de la période de la réalisation et la promotion de mon livre qui ont été de grosses étapes. Comme je travaille à côté, je consacre une bonne partie de mes congés à faire des photos ! J’ai notamment un voyage programmé en fin d’année au Canada pour lequel j’ai commencé à faire des repérages et beaucoup de préparation afin d’optimiser au mieux le temps que je vais avoir là-bas pour ramener de belles photos. Jusqu’ici je cherchais ce qu’il y avait de commun dans les images que j’avais ramené de différents pays depuis 7 ans. J’aimerais bien à l’avenir de faire un travail photo sur un lieu unique, explorer plus profondément une région, une île. Les steppes me tentent bien aussi… Moi, je reste sur la photographie de nature, de paysages.
VIF : Souhaitez-vous exploiter d’autres techniques photographiques ?
XAVIER : Peut-être à très long terme mais aujourd’hui, je ne me lasse pas de ce côté un peu contemplatif devant des paysages et même au contraire, j’ai l’impression que je vais le rechercher encore plus dans les années à venir et avoir presque un isolement dans la nature.

VIF : Votre appareil photo actuel ?
XAVIER : Un Nikon D800. Je me suis fait voler mon matériel dans un train, sinon je n’aurais pas changé d’appareil. L’avantage c’est que cela m’a fait passer d’un capteur petit format à un capteur plein format. Trois semaines après, je partais en Islande pour un travail photo !

_________________________________________________________________________
Interview réalisée à Vincennes, le 13 octobre 2018 par Sophie Ossédat

Pour retrouver toute son actualité et voir ou revoir ses œuvres photographiques rendez-vous sur son site, sa page Instagram, Facebook, ou sa galerie.
Pour commander son Livre Time Pieces c’est par ici:  https://xavierbeaudouxphotographe.bigcartel.com  
VIF : Souhaitez-vous exploiter d’autres techniques photographiques ?
XAVIER : Peut-être à très long terme mais aujourd’hui, je ne me lasse pas de ce côté un peu contemplatif devant des paysages et même au contraire, j’ai l’impression que je vais le rechercher encore plus dans les années à venir et avoir presque un isolement dans la nature.

VIF : Votre appareil photo actuel ?
XAVIER : Un Nikon D800. Je me suis fait voler mon matériel dans un train, sinon je n’aurais pas changé d’appareil. L’avantage c’est que cela m’a fait passer d’un capteur petit format à un capteur plein format. Trois semaines après, je partais en Islande pour un travail photo !

_______________________________________
Interview réalisée à Vincennes, le 13 octobre 2018 par Sophie OSSEDAT

Pour retrouver toute son actualité et voir ou revoir ses œuvres photographiques rendez-vous sur son site, sa page Instagram, Facebook, ou sa galerie.
Pour commander son Livre Time Pieces c’est par ici:  https://xavierbeaudouxphotographe.bigcartel.com  

Flux Instagram

NewsLetters

VIF © 2019, Tous droits réservés
Share This