alfred baiser soldat

par | 23 Oct, 2020

Ou comment une photo a figé à jamais la spontanéité de l’amour face à la joie de la paix retrouvée…

Ce cliché a traversé l’histoire car le photographe a su saisir sur le vif la réaction humaine d’un moment de liesse, début de libération du monde entier du joug de la guerre….

Nous sommes en 1945, à New York Times Square, le 14 août 1945. On vient d’annoncer la capitulation du Japon et la fin de la guerre. Ce jour, Alfred EISENSDAEDT, qui travaille depuis 1936 pour le magazine “Life” capte ce moment fugace où un soldat embrassant avec fougue une infirmière. C’est que ce photographe, né en Prusse, en 1898, n’en n’est pas à son coup d’essai. Il débute en effet en 1929 à Berlin et devient très rapidement pionnier du photojournalisme en Allemagne. Il se fait remarquer notamment pour la photo prise lors d’une réunion entre Adolf HITLER et Benito MUSSOLINI en Italie.

Il immigre aux États Unis en 1935 étant d’origine juive pour fuir le nazisme et rejoint le magazine « Life » dès sa création en 1936. Il est reconnu très vite comme leur photographe vedette. Il réalise des photos de stars et personnalités ainsi que de très nombreuses couvertures de l’hebdomadaire. Mais c’est cette image du « Baiser du soldat » ou « V-J Day » qui lui assurera une notoriété mondiale et devient sa photo la plus célèbre.  

Sur cette photo, il arrive à capter un moment aussi intense qu’inattendu et réussit ainsi à nous transmettre une émotion par la symbolique du combattant et du soignant représentée ici par l’uniforme du soldat contrastant avec la blouse blanche de l’infirmière, sachant que le couple ne se connaît pas…cela ajoute un impact encore plus fort à l’image.

alfred eisenstaedt

Quand la photo est publiée, plusieurs personnes ont prétendu être le soldat ou l’infirmière et ce n’est qu’en 2012 que l’on a pu dévoiler avec certitude l’identité des personnages : George MENDONZA  était le militaire de l’US Navy qui volait un baiser à Greta ZIMMER FRIEDMAN qui s’est révélée être une assistante dentaire… et non pas une infirmière mais qu’importe son costume, le symbole de l’image était  bien présent !

Plus récemment, quelques polémiques ont surgies pour noter l’aspect violent imposé par le soldat sur l’inconnue qu’il embrasse.

Alfred EISENSTAEDT, émigré de la guerre et lui même persécuté, a réussi à nous transmettre une image positive de la fin de la guerre en réalisant une photo qui « fait du bien » incarnée par une jeunesse triomphante spontanée et heureuse. Ce sont tous ces ingrédients de spontanéité, d’amour et de joie qui rendent cette photo universelle et intemporelle…

NewsLetters

alfred baiser soldat

par | 23 Oct, 2020

Ou comment une photo a figé à jamais la spontanéité de l’amour face à la joie de la paix retrouvée…

Ce cliché a traversé l’histoire car le photographe a su saisir sur le vif la réaction humaine d’un moment de liesse, début de libération du monde entier du joug de la guerre….

alfred eisenstaedt

Nous sommes en 1945, à New York Times Square, le 14 août 1945. On vient d’annoncer la capitulation du Japon et la fin de la guerre. Ce jour, Alfred EISENSDAEDT, qui travaille depuis 1936 pour le magazine “Life” capte ce moment fugace où un soldat embrassant avec fougue une infirmière. C’est que ce photographe, né en Prusse, en 1898, n’en n’est pas à son coup d’essai. Il débute en effet en 1929 à Berlin et devient très rapidement pionnier du photojournalisme en Allemagne. Il se fait remarquer notamment pour la photo prise lors d’une réunion entre Adolf HITLER et Benito MUSSOLINI en Italie.

Il immigre aux États Unis en 1935 étant d’origine juive pour fuir le nazisme et rejoint le magazine « Life » dès sa création en 1936. Il est reconnu très vite comme leur photographe vedette. Il réalise des photos de stars et personnalités ainsi que de très nombreuses couvertures de l’hebdomadaire. Mais c’est cette image du « Baiser du soldat » ou « V-J Day » qui lui assurera une notoriété mondiale et devient sa photo la plus célèbre.  

Sur cette photo, il arrive à capter un moment aussi intense qu’inattendu et réussit ainsi à nous transmettre une émotion par la symbolique du combattant et du soignant représentée ici par l’uniforme du soldat contrastant avec la blouse blanche de l’infirmière, sachant que le couple ne se connaît pas…cela ajoute un impact encore plus fort à l’image.

Quand la photo est publiée, plusieurs personnes ont prétendu être le soldat ou l’infirmière et ce n’est qu’en 2012 que l’on a pu dévoiler avec certitude l’identité des personnages : George MENDONZA  était le militaire de l’US Navy qui volait un baiser à Greta ZIMMER FRIEDMAN qui s’est révélée être une assistante dentaire… et non pas une infirmière mais qu’importe son costume, le symbole de l’image était  bien présent !

Plus récemment, quelques polémiques ont surgies pour noter l’aspect violent imposé par le soldat sur l’inconnue qu’il embrasse.

Alfred EISENSTAEDT, émigré de la guerre et lui même persécuté, a réussi à nous transmettre une image positive de la fin de la guerre en réalisant une photo qui « fait du bien » incarnée par une jeunesse triomphante spontanée et heureuse. Ce sont tous ces ingrédients de spontanéité, d’amour et de joie qui rendent cette photo universelle et intemporelle…

NewsLetters

VIF © 2020, Tous droits réservés
Share This